Ecolieu, LD Les Brandes 24420 Coulaures                  

Ecolieu des Brandes

Natacha Borowski et Loïc Le Meur

LD Les Brandes 24420 Coulaures, Dordogne

 

contact@ecolieudesbrandes.fr

Fondations par 12 plots en béton

Idéalement nous aurions préféré ne pas faire des fondations en béton, du point de vue énergie grise du matériau. Cependant, notre terrain est en pente et nous ne pouvions pas faire des fondations en pneus et nous ne voulions pas terrasser le terrain. Nous avons donc cherché d'autres technique de pilotis (pieux en bois mais exotique, pieux en métal à coût trop élevé et surtout trop fins (nos murs feront 46cm de large). Bref, nous nous sommes donc penchés tout de même sur les plots en béton, et comptons bien planter autant d'arbres qu'on le peut pour compenser cette empreinte carbone !

1- déterminer l'emplacement des futurs plots

Nous avons mis l'angle sud-est de la maison en bordure de zone constructible suffisamment loin des arbres au sud pour avoir le soleil l'hiver qui entrera dans la pièce au sud. Ensuite, à partir de ce point nous sommes allez 10 mètres à l'Est et 10 mètres au nord grâce à la boussole, tout en réajustant au final grâce aux diagonales pour être certains d'avoir un carré !

 

Ensuite il fallait mettre de niveau le futur plancher pour visualiser la hauteur des poteaux, on a donc positionné des chaises de chantier en face de chaque ligne de plots et on a fait le niveau grâce à un niveau à eau et ça marche plutôt bien ! On a vérifié avec un niveau laser qu'on nous a prêté juste avant de couler les poteaux et notre marge d'erreur n'était que de 7mm.

 

C'est un terrassier qui est venu avec sa pelleteuse faire les trous, nous aurions pu le faire en louant une mini-pelle mais là avec un pro c'était fait en 2H et bien fait !

Nous avions demandé une étude de sol avant les travaux, et suivant leurs conseils nous sommes descendus à 1m20 de profondeur là où c'était argileux, et là où c'était caillouteux nous nous sommes arrêtés avant (70cm) car la pelleteuse ne réussissait plus à creuser.

Les trous font 1m x 1m de large, pour avoir de bonnes bases de plots, et nos futurs poteaux feront 46 x 46cm de large car nos murs seront aussi épais (bottes de paille) et on voulait que toute l'épaisseur repose sur le plot.

 

Ensuite, on a bâché en attendant de couler les fonds de propreté car si il pleut, cela pouvait altérer les fonds ou faire tomber des morceaux de paroi argileuse dessus.

2- Couler les fonds de propreté

On a d'abord dû nettoyer chaque fond, pour aplanir un peu et enlever tous les cailloux et poussières.

 

Ensuite on a coulé environ 15cm d'un béton dosé à 350kg/m3 pour avoir une base de niveau vraiment lisse pour la suite.

 

Avec la barre de fer, on fait vibrer tout le béton pour évacuer les bulles d'air. Puis on tasse, et on vérifie le niveau avec un outil "fait maison" et bien pratique ! Le résultat est lisse, propre et de niveau.

3- déterminer l'emplacement centré des futures semelles

On repositionne les cordes, et avec le fil à plomb on marque à la craie les 4 angles du futur plot pour pouvoir centrer nos semelles de ferraille à l'étape suivante.

 

Remarquez sur la dernière photo la différence de niveau entre le point haut et le point bas du terrain sous la maison, il y a 1m d différence. C'est pour cela qu'on a choisi de faire des plots et non de terrasser le terrain, chose qui l'aurait défiguré et qui aurait probablement été laborieux et couteux.

4- Fabriquer la ferraille

Nous avons juste acheté des barres de fer de 1cm pour les poteaux verticaux et les semelles, ainsi que des barres de fer de 0.8cm pour les liens horizontaux. Il nous a fallu tout fabriquer.

 

Découper à la bonne taille les barres à la meuleuse.

 

Et cintrer les barres à la main, avec un outil là encore fait maison : un axe central coincé dans un plot de palette, une butée avec une équerre métallique très solide, un bloc de bois qui cale la ferraille pour ne pas qu'elle tourne lorsqu'on la plie, et une clé mixte enfilée sur l'axe central et attachée au manche de rotation grâce à des petites équerres de part et d'autres. On ne va pas vous mentir, à la fin la clé était tordue mais elle a tenu jusqu'au bout !

 

Pour les semelles, nous avons fait un gabarit en bois pour bloquer en position les barres au moment de les lier.

5- installer la ferraille et couler la base de plot

La ferraille dans un poteau sert d'"assouplissant" au béton en cas de fissure, c'est comme la caramel mou contenu dans un mars, on le casse en deux mais ça tient toujours.

On a donc positionné les semelles en fonction des marques à la craie précédemment réalisées. Puis on a installé les poteaux en ferraille, bien centrés et d'aplomb grâce aux cordes. On les a maintenus grâce à d'autres cordes ancrées au sol aux 4 coins à l'aide de sardines de camping, ça tenait plutôt bien même s'il ne faut pas se jeter dessus et que ça nécessite une certaine délicatesse au moment de couler le début du béton. On a coulé 30 cm supplémentaires de béton dosé à 400kg/m3 pour faire cette base, ce qui nous donne environ 45cm d'épaisseur de base de plot avec le fond de propreté. Pour les 12 bases de plots nous avons coulé 7.5m3 de béton.

6- le coffrage

Nous avons réalisé 2 types de coffrages avec les planches de coffrage achetées : un petit pour les poteaux du haut, et un plus grand pour ceux du milieu. Il faudra en rebricoler un autre encore plus grand pour ceux du bas. Notre plus grand poteau mesurant environ 2m.

Des cales plastiques sont positionnées sur la ferraille pour éviter qu'elle soit trop près du bord et risque de continuer à rouiller si exposée à l'air, en fragilisant l'ensemble. Nous avons aussi lasuré le bois car la météo annonçait pas mal de pluie et ça  permettait d'éviter que le bois gonfle s'il était exposé. On a ensuite mis de l'huile de décoffrage à l'intérieur.

Le coffrage vissé est centré grâce aux cordes que nous avons écartées un peu de leur emplacement initial pour laisser l'épaisseur du coffrage se glisser dedans, et il est mis d'aplomb, mais comme notre base de plot était de niveau il n'y a eu aucun souci à ce niveau là. On bloque le coffrage à l'aide de planches ancrées au sol grâce à des chutes de barres métalliques fichées dedans : là ça ne plus bouger même en se jetant dessus ! Et on coule dedans tout en essayant de faire vibrer le béton pour éviter les bulles d'air. Pour cela, on agite régulièrement la ferraille à l'intérieur tant qu'elle dépasse, on tape de l'extérieur avec un maillet sur le coffrage, et sur la fin on peut planter à maintes reprises la barre métallique comme ce que l'on a fait pour les bases de plots.

7- le décoffrage

Après 24H de séchage primaire, on peut décoffrer le poteau, qui tient : heureusement ! Quelques bulles d'air sont visibles en bas du poteau, là où les vibrations étaient plus difficiles à faire, on mettra un mortier de rebouchage, et on vibrera plus le fond pour le prochain. On vérifie que le poteau fini est bien centré et d'aplomb : Nickel chrome !!! Plus que 11... Il faudra patienter 3 semaines avant d'y mettre des charges très lourdes (séchage définitif).

8 - Le plus grand poteau : 2m15 !

Nous avons choisi d'empiler nos 2 coffrages plutôt que d'en faire un nouveau.

Les deux coffrages sont tout d'abord superposés simplement sans attache pour centrer le poteau par rapport aux cordes et vérifier l'aplomb. Ensuite on bloque et on cale celui du bas définitivement, puis le plus petit coffrage est enlevé pour commencer à ne remplir que le plus grand (+ facile !).

La vigilance dans le positionnement des coins c'est de vérifier la bonne longueur de chaque côté de la maison et les diagonales, pour ne pas se retrouver avec un losange. Nos chaises de chantier étant enfoncées dans les cailloux du côté Est, nous avons eu quelques surprises lors de cette vérification puisqu'elles avaient bougé en  3 mois (majoré par l'aléa retrait gonflement de nos argiles).

 

Quand celui du bas est rempli, on vient posé le plus petit par dessus et on attache le tout ensemble, et on continue à remplir. L'installation pour monter les pelletées en haut du coffrage était précaire mais efficace (palette + pneu), ça fait les épaules !

On vibre toujours régulièrement le béton à l'aide d'un grand bambou quand c'est profond ou d'un petit fer à béton.

Le niveau jusqu'où l'on doit couler le béton est préalablement noté avec des croix sur les 4 faces intérieures du coffrage. Les mesures sont prises de l'extérieur par rapport aux cordes. Ensuite, on vérifie au niveau à bulle et on lisse à la truelle.

Ce fut notre dernier poteau et pas des moindres !

9 - résultat

Le premier poteau que nous avons fait n'était pas parfait car nous n'avions pas assez vibré à l'aide de la barre de fer, du coup on voit pas mal de bulles d'air et de trous sur les parois du poteau. Nous corrigerons ça avec du mortier pour remplir toutes les irrégularités afin d'éviter les problèmes d'érosion éventuels.

Les suivants ont été beaucoup plus vibrés et la différence se voit ! 3-4 minutes de "secouage de barre" entre chaque brouette, et usage d'un grand bambou pour faire le fond.

Sur les poteaux pour lesquels nous avons utilisé les deux coffrages on voit la jointure. Cependant, tout le poteau a été coulé en même temps, donc pas de faiblesse au niveau structurel, le béton fait unité, ce n'est qu'un motif extérieur.

Nous avons aussi constaté que c'était une bonne idée d'avoir lasuré le bois de coffrage pour 3 raisons : meilleure résistance à la pluie pendant le mois d'utilisation (même si nous bâchions lorsqu'une forte pluie était prévue), moins grande absorption de l'huile de décoffrage donc économie, et rendu plus lisse et plus beau du béton. En effet, pour un poteau, légèrement plus grand que notre coffrage nous avions fait une ré-hausse de 10cm avec le même bois de coffrage mais non lasuré, et la différence est flagrante.

Le surplus de nos brouettes à la fin des poteaux a été versé au pied du poteau précédent pour corriger la légère perte de substance due aux fuites à la base, créant l'effet "bulle d'air" sur les 5 cm du bas.

Et enfin, il est important d'arroser les poteaux par temps sec et chaud pour limiter l'évaporation de l'eau contenue dans le béton tant qu'il n'a pas fini sa prise (3 semaines) sinon il y a risque d'apparition de fissures. On peut aussi mettre un linge humide dessus. Et après on fête ça !